focus sur instants

La série des instants – dernier développement du travail de sabine cibert– s’inspire d’une recherche photographique de Karl Hermann Haupt, élève de la célèbre école du Bauhaus.
Entre 1923 et 1924, il mène à partir de collages photographiques des expérimentations visuelles sur les effets de lignes de force, les rapports entre noirs et blancs, le positif et négatif.

instants 3
Ainsi perspective et  paysage sont transformés, l’immeuble devient cube, la route ligne oblique, l’horizon se courbe. partisan du mouvement constructiviste, le monde est pour lui fait de formes et de couleurs simples qui se juxtaposent. Dans les même années il réalise des Farbstudies ” études de couleurs,  où se juxtaposent de simples carrés colorés séparés de lignes noires orthogonales.
De ce montage photographique d’une route dupliquée, sabine cibert garde la répétition du motif commune aux quilts anciens, mais réintroduit la couleur, ajoutant ainsi la vibration de la lumière.
Ici chaque blocs de 13 par 21 carrés proposent une gamme chromatique très large à laquelle s’ajoute une grande variété d’armures créant une image pixélisée, comme diffractée, un écho qui se propagerait et viendrait rebondir en tout sens.
De lignes rigides, sabine cibert crée une atmosphère dynamique totalement mouvante.
Elle s’affranchit de la technique du quilt et des compositions classiques pour développer un  travail de coloriste. Le matelassage des différentes couches textiles ajoute une dimension supplémentaire, d’autres lignes de force. C’est en somme une “Farbstudie” dynamique à trois dimensions rendue possible par la matérialité du textile.

Thomas Leveugle
Publié dans les chroniques textiles du
Festival International des Textiles Extraordinaires
septembre 2016

Document sans titre